Вн меропр бернс роберт

Роберт Бернс
(Сценарий литературного вечера)
 
Compeer: Dear ladies and gentlemen, thank you for coming to this party. As you see it is devoted to a great poet of Great Britain. Today we honor the memory of Robert Burns, the national poet of Scotland. I’m
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
· But ay a heart aboon them all:
              All: He’ll be a credit till us all,
              We’ll all be proud of Robin.
 
              Разжав младенческий кулак,
              Гадалка говорила так:
             -Мальчишка будет не дурак.
              Пускай зовется Робин.
              Немало ждет его обид,
              Но сердцем все он победит.
              Парнишка будет знаменит,
              Семью прославит Робин.
Compere: What family did he come from?
Pupils: His father was a poor farmer,
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·Coming thro’ the rye”.
Пробираясь до калитки
Полем вдоль межи,
Дженни вымокла до нитки
Вечером во ржи.
Очень холодно девчонке,
Бьет девчонку дрожь:
Замочила все юбчонки,
Идя через рожь.
Если кто-то звал кого-то
Сквозь густую рожь
И кого-то обнял кто-то,
Что с него возьмешь?
И какая нам забота                
Если у межи
Целовался с кем-то кто-то
Вечером во ржи.
  Comin’ thro’ the rye, poor body,
          Comin’ thro’ the rye,
          She  draigl’t a’ her petticoatie
          Comin’ thro’ the rye.
Choru
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·                           Любовь
O my Luve’s like a red, red rose,                     Любовь, как роза, роза красная,
That’s newly sprung in June;                           Цветет в моем саду.
O my Luve’s like the melody                          Любовь моя-как песенка,
That’s sweetly play’d in tune.-                        С которой в путь иду.
                 
As fair art thou, my bonie lass,                        Сильнее красоты твоей
So deep in luve am I;                                       Моя любовь одна.
And I will luve thee still, my Dear,                 Она с тобой, пока моря
Till a’ the seas get dry. -                                  Не высохнут до дна.
Till a’ the seas gang dry, my Dear,                  Не высохнут моря, мой друг,
And the rocks melt wi’ the sun:                       Не рушится гранит,
I will luve thee still, my Dear,                         Не остановится песок,
While the sands of life shall run.-                    А он, как жизнь, бежит
       
And fare thee weel, my only Luve!                 Будь счастлива, моя любовь,
And fare thee weel, a while!                            Прощай и не грусти.
And I will come again, my Luve,                    Вернусь к тебе, хоть целый свет
Tho’ it were ten thousand mile!-                     Пришлось бы мне пройти.
Compere: Now the next date-1784.
Pupils: In February 1784 Robert’s father died and Robert became the head of the family. Life on the farm grew harder and harder. So the Burns moved to a smaller farm of Mossgiel. Robert wa
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
· Ты свисни- тебя не заставлю я ждать,
O whistle, and I’ll come to ye, my lad;                Ты свисни- тебя не заставлю я ждать.
Tho’ father, and mother, and a’ should gae mad, Пусть будут браниться отец мой и мать,
Thy Jeanie will venture wi’ ye, my lad.               Ты свисни - тебя не заставлю я ждать.
At kirk, or at market whene’er ye meet me,        А если мы встретимся в церкви, смотри:
Gang by me as tho’ that ye car’d nae a flie;        С подругой моей, не со мной говори,
But steal me a blink o’ your bonie black e’e,      Украдкой мне ласковый взгляд подари,
Yet look as ye were na looking at me.-               А больше- смотри!- на меня не смотри,
Yet look as ye were na looking at me.-               А больше- смотри!- на меня не смотри!
Compere: Jea
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
· Прощусь, Элиза, я с тобой
And from my native shore:                              Для дальних чуждых стран
The cruel fates between us throw                    Мою судьбу с твоей судьбой
A boundless ocean’s roar;                               Разделит океан.
But boundless oceans, roaring wide,               Пусть нам в разлуке до конца
Between my love and me,                               Томиться суждено,-
They never, never can divide                          Не разлучаются сердца,
My heart and soul from thee.                          Что спаяны в одно!
Farewell, farewell, ELIZA, dear,                     Оставлю я в родной стране
The maid that I adore!                                      Тебя, мой лучший клад.
A boding voice is in mine ear,                         И тайный голос шепчет мне:
We part to meet no more!                                Я не вернусь назад.
But the latest throb that leaves my heart,         Последнее пожатье рук
While death stands victor by,                           Я унесу с собой.
That throb, ELIZA, is thy part,                        Тебе- последний сердца стук
And thine that latest sigh!                                 И вздох последний мой.
OF A’ THE AIRTS THE WIND CAN BLAW.  ЗАПАДНЫЙ ВЕТЕР.
Of a’ the airts the wind can blaw,                        Из всех ветров, какие есть,
I dearly like the West,                                          Мне западный милей.
For there the bonnie lassie lives,                          Он о тебе приносит весть,
The lassie I lo’e best;                                           О девушке моей.
       
There wild woods, and rivers row,                      Леса шумят, ручьи журчат
And mony a hill between,                                   В тиши твоих долин.
But day and night, my fancy’s flight                   И, как ручьи, мечты мои
Is ever with my Jean.                                           К тебе стремятся, Джин.
 
I see her in the dewy flowers,                              Тебя напоминает мне
I see her sweet and fair;                                       В полях цветок любой.
I hear her in the tunefu’ birds,                             И лес в вечерней тишине
I hear her charm the air;                                      Заворожен тобой.
 
There’s not a bonnie flower that spring          
·    Бубенчик ландыша в росе,
By fountain, shaw, or green,                                Да и не он один,
There’s not a bonnie bird that sings                     А все цветы и птицы все
But minds me of my Jean.                                   Поют о милой Джин.
  Compere: Now the next very important date: 1786, August Kilmarnock.
  Pupils: In August 1786 Burns published his poems in Kilmarnock. Their success was tremendous. The publication changed the course of Burns’ life. Robert was so encouraged by success that he decided to go to Edinburgh, the capital of Scotland. There he was introduced to many famous people. All were impressed by his modesty, his witty conversation and excellent manners.
  Compere: Common people admired his poems. One of Burs’ friends wrote: “Weavers of Kilmarnock bought the book together, shared it by pages, learnt the poems by heart and then exchanged the pages.” What do you know about this date?-1787, April Edinburgh.
  Pupils: In April 1787 the second edition of Burns’ poems appeared in Edinburgh. It brought him money and gave him an opportunity to see more of his native land. Robert made several trips around the country and saw beautiful landscapes and lochs of the Highlands. He visited some historical places, which made a great impression on him.
  Compere: I think the poem “My Heart’s in the Highlands” was the result of this tour. So let’s recite this poem one by one:
My heart’s in the Highlands, my heart is not here;    В горах мое сердцеДоныне я там.
My heart’s in the Highlands a chasing the deer;        По следу оленя иду по скалам.
A chasing the wild deer and following the roe;         Гоню я оленя, пугаю козу.
My heart’s in the Highlands, wherever I go.              В горах мое сердце, а сам я внизу.
Farewell to the Highlands, farewell to the North;      Прощай, моя родина! Север, прощай,-
The birthplace of Valour, the country of Worth;       Отечество славы и доблести край.
Wherever I wander, wherever I rove;                        По белому свету судьбою гоним,
The hills of the Highlands for ever I love.                 Навеки останусь я сыном твоим!
Farewell to the mountains high covered with snow;  Прощайте, вершины под кровлей снегов,
Farewell to the straths and green vallies bellow;       Прощайте, долины и скалы лугов,
Farewell to the forests and wild-hanging woods;       Прощайте, поникшие в бездну леса,
Farewell to the torrents and loud-pouring floods       Прощайте, потоков лесных голоса.
My heart’s in the Highlands, my heart is not here;     В горах мое сердцеДоныне я там.
My heart’s in the Highlands, a chasing the deer;        По следу оленя лечу по скалам.
A chasing the wild deer and following the roe;          Гоню я оленя, пугаю козу.
My heart’s in the Highlands, wherever I go.              В горах мое сердце, а сам я внизу.
Compere: And now 1789.
Pupils: In 1789 Burns bought a farm not far from the town of Dumfries. By that time he had married Jean Armour. The new farm did not bring Burns any profit. Fortune was against him. His friends helped him to get a job in Dumfries and Robert became an exciseman for his district.
Compere: Good, you know the biography of Robert Burns quite well. So, tell me, please, what human qualities Robert Burns valued most if all.
Pupils: Pride, honesty, dignity, courage, intellect. He wrote about things eternal. He saw injustice everywhere and his thoughts were about sense, honesty, and independence. Sometimes his poems seem to have been written about our daily problems. His poems are up-to-date, though they were written many years ago.
Compere: You know that Robert Burns died in 1796. After his death his poems were translated into almost every language. In Russia six of his poems were translated for the first time by Mikhailov in 1856.Shchepkina-Kupernick, Bagritsky and other poets translated Burns’ poems, too. But the best translations were made by Marshak. Thanks to Marshak’s translations we have come to know and love Robert Burns. We know that the Scottish national anthem “Auld Lang Syne” composed by Robert Burns is often sung at parties or meetings of friends or New Year’s Eve all over the world. And I think that today we shall honour the memory of the great bard of Scotland by singing his song.
                                         Should auld acquaintance be forgot,
                                         And never brought to mind?
                                         Should auld acquaintance be forgot,
                                         And days of auld lang syne!
                                         Chorus:
                                         For auld lang syne, my dear,
                                         For auld lang syne,
                                         We’ll take a cup of kindness yet
                                         For auld lang syne.
                                       
                                         And there’s a hand, my trusty friend
                                         And gie’s a hand o’ thine!
                                         And we’ll take a right gude-willie-waught,
                                         For auld lang syne.
                                         Chorus:
                 
                              The End
Используемая литература:
Кочанова И.М. Роберт Бернс для учащихся 8-х классов. ИЯ №1 2001 с51-55.
Гальперина М.Е. Роберт Бернс (сценарий литературного вечера.) ИЯ№2 1981 с92-95.
Стихотворения Роберта Бернса даются в переводе С.Я. Маршака: Собр. соч. в 8-ми т.
М., 1969, т.3.
Слова и ноты песен “A Red Red Rose”, “Auld Lang Syne” см. в кн: Дубровин М.И. Книга для ежедневного чтения на английском языке (Х класс), с.86-89, с.99-101.М., 1971.


Приложенные файлы


Добавить комментарий